Les quartiers du Vieil Alby révèlent au gré de la visite leur patrimoine, leur histoire, leurs particularités : monuments emblématiques, maisons à colombages, hôtels particuliers de la Renaissance, cours intérieures, rues pittoresques… Albi «la Rouge», une des capitales de la brique languedocienne tout comme ses voisines, Toulouse et Montauban, ravira les amateurs de photos.

Étape
1/4

La roue Saint-Salvi

La roue Saint-Salvi

La boucle historique au cœur du centre ancien se poursuit à quelques mètres de la cathédrale Sainte-Cécile. Le quartier Saint-Salvi s’est organisé tout autour de la collégiale, du même nom, dédiée au premier évêque de la ville. Il est également surnommé la Roue Saint-Salvi pour la forme de son quartier en forme de roue. Cette forme apparait très distinctement dès que l’on prend de la hauteur. Les rues commerçantes s’enroulent tout autour de la collégiale Saint-Salvi.

A noter

La vocation commerçante et artisanale est encore très marquée à travers le nom de ses rues : savetiers pour la rue Saint Julien, chaudronniers pour la rue Peyrolière…

De part et d’autre de la collégiale et son cloître, s’organisent deux axes principaux, aujourd’hui deux rues piétonnes et commerçantes.

La maison Enjalbert

Les hôtels particuliers marquent la période prospère que vécut Albi aux XVe et XVIe siècles où marchands et bourgeois s’enrichissent grâce au commerce du pastel. Toutes ces richesses architecturales sont souvent cachées par de simples murs de briques et d’imposants et fastueux portails.

Au gré de la balade, vous admirerez l’hôtel de Ville et le blason de la ville ornant la cour centrale, ou encore la maison Enjalbert et sa façade à colombage et parement de briques savamment disposés ou bien l’hôtel Reynes présentant l’une des plus belles cours intérieures.

La  prochaine étape est …

  • La maison Enjalbert, à l’angle de la rue des Pénitents et de la rue Timbal est l’exemple le plus abouti des maisons à colombage dans le Vieil Albi. La référence aux décors Renaissance : fenêtres d’angle double avec pilastres surmontés de chapiteaux ioniques ou corinthiens, les frontons triangulaires, les consoles aux décors portant des masques, des losanges…sont repris. Observez avec attention la façade à la recherche du « petit pisseur »  albigeois, sculpture énigmatique située au-dessus le magnifique portail d’entrée, au 1er étage

Observez attentivement

Observez avec attention la façade à la recherche du « petit pisseur »  albigeois, sculpture énigmatique située au-dessus le magnifique portail d’entrée, au 1er étag

L’Hôtel Reynes

L’Hôtel Reynès, rue Timbal, demeure d’un riche marchand pastellier est le symbole de cette réussite où le mariage de la pierre et de la brique est d’une rare élégance. Les bustes de François Ier et de son épouse Eléonore apportent une touche royale à son décor, ils sont visibles depuis la cour intérieure.

Aujourd’hui , vous pouvez pousser la porte de l’hôtel Reynes, qui est :

  • le siège de la Randonnée Tarnaise pour conseils et itinéraires dans le Tarn
  • un lieu d’exposition
  • un lieu de visite, au niveau de sa cour intérieure très intéressante

A proximité

Café le Pontié

Brasserie du Vigan

Le Shamrock

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu